La fraternité autour du sport, leitmotiv des JO 2004

19/08/2004

Par Rodrigue Ossi A Lümbangoye

Les Jeux Oloupi qui ont débuté aujourd'hui par une cérémonie d'ouverture officielle qui a réuni une foule nombreuses ainsi que des personnalités de tous les milieux professionnels et sociaux ont été notamment marqués par le discours du président Guy Boumbangoye.

 
Cérémonie d'ouverture
 

Georges Embinga, le secrétaire général de l'ASFO, invoque pour justifier le retrait de son équipe "la jeunesse de la structure. Nous ne pouvions pas être prêts à temps car nous avons rencontré beaucoup de problèmes organisationnels ."

Un tel argument en surprend plus d'un dans le landernau sportif brikolois: l'ASFO est pour l'essentiel constituée par l'ossature dirigeante de Fla Fla FC. Dans cette équipe, ce ne sont pas les moyens qui manquent. Entre le président Pierre Ofounda (DG de la comptabilité publique), André Ngaba (commandant de douanes) et Georges Embinga (chef de service adjoint à la Banque Centrale), l'équipe était pourvue financièrement. Quand on sait aussi que le club étaot jusqu'à ces derniers temps actif sur le terrain du recrutement, cette annonce de forfait a de quoi surprendre et sème le trouble. Pour les membres du comité directeur de l'AJO, il n'y a pas de doute que c'est une opération de sabotage savamment orchestrée. Et de déplorer cette façon de faire qui n'est pas "propre à assainir un climat déjà alourdi par les suspicions en tous genres"

Le forfait de l'équipe d'Assov est tout aussi surprenant et inattendu. A ce jour, l'on ne sait toujours pas les raisons qui ont conduit les dirigeants de cette équipe à prendre une décision aussi grave. Dans l'impossibilité de joindre les dirigeants, on en est réduit aux hypothèses. La première est financière: l'équipe n'a-t-elle pas réussi à réunir les fonds à un niveau suffisant? On peut s'en étonner dans la mesure où l'essentiel de l'équipe est principalement composé de joueurs locaux, ce qui n'expose pas Assov aux mêmes contraintes financières que d'autres clubs qui emmènent des joueurs de l'extérieur, principalement de Libreville. Donc il est peu probable que l'argent soit la cause de ce retrait. L'autre hypothèse, plus tendancieuse car politique, est considérée dans certains milieux comme la plus plausible. On prête aux dirigeants d'Assov le projet de vouloir ainsi se venger de l'échec du tournoi de l'amitié -concurrente mort-née de la Coupe Oloupi- dont ils seraient proches des initiateurs. Si cela devait s'avérer vrai, ce serait regrettable. Pour le présent et pour l'avenir.

Une compétition dévaluée?

Il est clair que ces retraits posent un problème immédiat: le tournoi football ne risque-t-il pas d'être dévalué? Ces retraits obligeront à certes à gérer le désagrément indéniable de recomposer les poules et le calendrier. Mais la qualité des équipes qui restent en compétition est telle que le spectacle sera au rendez-vous. Pour l'avenir, le comité directeur devra élaborer un mécanisme pour s'assurer de la "solvabilité" des équipes admises à compétir et prévenir ce genre d'évènement.

 
 
 
 

© 2004 AJO