Le comité directeur rencontre les parlementaires

17/07/2004

Par Rodrigue Ossi A Lümbangoye

Les parlementaires de la Sébé-Brikolo et de Bayi-Brikolo (à l'exception du député Félix Onkeya) avaient convié le comité directeur le 27 juillet à une séance de travail en présence du fondateur de la Coupe Oloupi Jean-Paul Eyébé, invité. A l'ordre du jour: les dissensions au sein de l'AJO.

 
Boumbangoye et Olouo
 

Le sénateur Dimangoye Dubois, présidant la séance, s'est fait l'écho des inquitétudes suscitées par des dissensions au sein de l'AJO et qui ont amené un groupe de membres minoritaire à créer une autre compétition, la Coupe de l'Amitié. Pour les parlementaires, cette situation est de nature à mettre à mal l'unité des fils des départements de la Sébé-Brikolo et de Bayi-Brikolo. Ce faisant, les choses prenaient une tournure politique. Aussi voulaient-ils en savoir un peu plus sur les raisons de ces dissensions et confronté la version du comité directeur avec celle des "dissidents", reçus la veille..

Ayant reçu la veille les initiateurs de la Coupe de l'Amitié, ils ont exposé les griefs que ces derniers font au comité directeur. Pour l'essentiel ils lui reprochent d'avoir limité à 12 le nombre d'équipes engagées dans la Coupe Oloupi, en violation des recommandations de la commision des préparatifs du 25 avril 2004. Bref, de pratiquer l'exclusion.

Le président Guy Boumbangoye, le secrétaire général adjoint Jean-Marie Olouo et le conseiller Rodrigue Ossi ont tour à tour apporté des explications.Point par point.

Sur la limitation du nombre d'équipes, le nombre statutaire est de 12 à raison de deux équipes par canton sur la base d'une équipe villageaoise et d'une équipe cantonale. L a révision des statuts opérée par le précédent comité vait introduit le principe d'un tournoi éliminatoire pour déterminer les équipes qui devaient rejoindre les 8 1/4 finalistes de l'édition précédente, qualifiés d'office pour la prochaine phase finale. Ce tournoi aurait dû être organisé il y un an. Le comité actuel a été élu le 7 mars 2004. Il a donc hérité de ce problème. Pour ne pas s'exposer au reproche de l'arbitraire, il mis en place trois commissions dont la commission Eliminatoires chargée de réflechir à l'organisation du tournoi éliminatoire. Le constat unanime des commissaires fut que les conditions de temps et de logistique n'étaient pas réunies pour organiser ce tournoi. Mission fut donc donnée au comité directeur pour qualifier les équipes selon des critères définis en commission. En même temps, une partie des clubs exprima le souhait que le nombre d'équipes en phase finale soit augmentée dans une fourchette entre 14 et 18. Etant donné le souhait du Ministre d'Etat Paul Toungui, principal bailleur des Jeux de ne pas voir se jouer cette compétition avant le 19 août en raison des festivités de la fête de l'indépendance à Franceville, il était difficile de jouer avec plus de 12 équipes sinon la compétition s'étendrait jusqu'à la mi-septembre. Or à cette date la plupart des vacanciers qui contribuent au succès populaire des Jeux ont déjà regagné leurs lieux de résidence.

Sur la limitation

 
 
 
 

© 2004 AJO